01-12-2018 / Laval

SAINT-CLOUD
Estimation : 15.000 - 20.000 euros / Etude Hiret-Nugues, 1er décembre 2018, Laval

Saint-Cloud

Théière couverte en porcelaine tendre en forme de Chinois assis sur un dragon ailé, portant sur sa tête une corbeille surmontée de fleurs et feuillage en relief, décor polychrome dans le style Kakiemon de semis de fleurs en bleu, rouge et vert sur fond jaune.
XVIIIe siècle, vers 1740-50.
H. 19,5 cm.
Un éclat à l’extrémité de la queue du dragon et quelques éclats aux fleurs sur le couvercle.
15.000 - 20.000 euros.



Une théière du même modèle, en porcelaine émaillée blanche, sans couvercle, est conservée au musée de Sèvres (inv. MNS 5368), reproduite par S. Gauthier, Les Porcelainiers du XVIIIe siècle français¸1964, alors attribuée à Saint-Cloud. Geneviève Le Duc a suggéré une attribution à la manufacture de Sceaux dans le catalogue de l’exposition de 1986 (Sceaux, Bourg-la-Reine, 150 ans de céramique des collections privées aux collections publiques, Sceaux, 1986, fig. 107, p. 79).
Une autre théière de même forme, émaillée blanche, était publiée par Klaber & Klaber en 2003, Rare antique porcelain & enamels, summer catalogue, 2003, n° 1.

Le décor de notre théière à fond jaune parsemé de fleurs Kakiemon ainsi que la peinture du visage du Chinois écartent les doutes sur l’attribution à Saint-Cloud. Trois pots-pourris en porcelaine de Saint-Cloud à fond jaune décoré de fleurs similaires sont répertoriés, l’un conservé au Musée du Louvre, provenant de l’ancienne collection Fitzhenry (vente Paris, 13-16 décembre 1909, n° 19), un second au Musée Château de Saumur, l’un et l’autre reproduits dans le catalogue de l’exposition sous la direction de Bertrand Rondot, Discovering the Secrets of Soft-Paste Porcelain at the Saint-Cloud Manufactory ca. 1690-1766, 1994 ; n°167 et 168, pp. 220-222, un troisième provenant de l’ancienne collection Lévy est très récemment passé en vente publique (Etude Pescheteau-Badin, les choix de Christophe Perlès II, 26 novembre 2018, lot 79).

La peinture du visage est très proche de celles des deux figures de Chinois conservées au musée des Arts décoratifs de Paris et reproduites par Bertrand Rondot, op. cit., n° 176, p. 228.
Les poinçons figurant sur les montures en argent de rares pièces de toilette en porcelaine de Saint-Cloud à fond jaune permettent de les dater entre 1738 et 1750. Nous proposons donc la décennie 1740-1750 comme datation. La source d’inspiration de ce modèle est probablement une adaptation au goût de la Chinoiserie des grotesques de Jacques Androuet du Cerceau (Petits Grotesques, 1550 et Livres de Grotesques, 1566).

 photo IMG_1253-02.jpg