Résultats des ventes

Sèvres
Vendue 122.850,00 euros - Etude Osenat et étude Muizon et Le Cöent, Fontainebleau, 2 décembre 2007

Vendue 122.850,00 euros

Pendule de l’Eloquence

SÈVRES

PENDULE BORNE EN PORCELAINE DE SÈVRES ET BRONZE DORÉ, ANNÉE 1826,

ornée de trois plaques en porcelaine de Sèvres, renfermant un mouvement à sonnerie au passage avec phases de la lune. Elle repose sur une importante plinthe à doucine décorée d’une frise de feuilles d’acanthe, les montants en fine colonnette à chapiteau en feuilles de papyrus, la corniche débordante à denticules et frise de feuilles d’eau, les angles du sommet ornés d’une boule supportée par des feuilles de papyrus et flanquée de deux serpents affrontés. La plaque centrale représente une allégorie de l’Eloquence symbolisé par Mercure sur un fond beige, debout tenant un caducée, accoudé contre le cadran placé sur une base peinte de cornes d’abondance et rinceaux façon camée sur fond rouge, un coq au pied de Mercure et à droite du cadran une lampe à huile et des parchemins roulés dans un seau.



La plaque centrale a été peinte par Madame Adélaïde DUCLUZEAU, née DURAN, active à la manufacture de Sèvres de 1818 à 1848.
Les plaques latérales sont décorées à l’imitation du camée sur fond beige d’un sablier dans une coupe posée sur une crosse ornée de rinceaux feuillagés et guirlande de feuilles de chêne nouée.
Elles ont été peintes par François-Hubert BARBIN, ornemaniste actif à la manufacture de Sèvres de 1815 à 1848.
Le mouvement est signé sur le cadran OURRY, élève de H. TAVERNIER (horlogers installés rue de Richelieu à Paris entre 1810 et 1830).

Epoque Charles X, année 1826.

Hauteur : 44,2 cm. Largeur : 28,5 cm. Profondeur : 14,5 cm.
40 000 / 60 000 euros

-  PROVENANCE
Livrée à Gaspard-Gilbert de La Malle, célèbre avocat, né à Paris le 25 octobre 1752 et mort le 25 avril 1834.

-  CATALOGUE NOTE

Notre pendule figure dans le registre des commandes de la Manufacture de Sèvres en date du 21 octobre 1825 (Arch. M.N.S., Vtt 3, f°1 v). Elle fut commandée par Monsieur de LA MALLE (ou Delamalle), membre du Comité du Contentieux de la Liste Civile, et à ce titre, autorisé à recevoir chaque année l’équivalent de 1.000 francs en porcelaine de Sèvres.
La commande détaille le programme de la décoration :Une pendule de 12 à 15 de haut en plaque de porcelaine, fond bleu ciel, sur la plaque du milieu un Mercure colorié, sur les côtés ornements très simples analogues à la mesure du temps.
Elle est mentionnée sur la feuille d’appréciation n° 12 du 14 avril 1826 ainsi désignée : Une Pendule en Porcelaine composée de 3 Plaques une de Devans et deus des Cottés sujet de Peinture l’Eloquence avec ornt peint et Monture en bronze, le prix de vente étant de 1250 francs.

Pour ne pas dépasser le budget de 1000 francs par année accordé au Chevalier de La Malle, la livraison a été inscrite de manière fictive et rétroactive en deux temps : apparaît le 31 décembre 1825 un petit tableau sur porcelaine vendu 1000 francs, puis le 10 novembre 1826 la facture pour monture en bronze d’une pendule en porcelaine 250 francs.(Arch. M.N.S., Vbb7, f° 11v° et f° 19v).

Si les peintres ont préféré l’emploi du fond beige à celui du fond bleu ciel initialement prévu, ils ont répondu au programme iconographique de la commande spécialement défini pour l’avocat La Malle. Adélaïde Ducluzeau s’est peut-être inspirée pour la figure de Mercure d’un bronze antique trouvé à Herculanum et conservé au musée du Louvre (n° inv. BR31).

-  BIOGRAPHIE
Gaspard-Gilbert de La MALLE , célèbre avocat, né à Paris le 25 octobre 1752 et mort le 25 avril 1834.
Il se distingue au Parlement de Paris par son éloquence, se vit persécuté, arrêté, ruiné sous la Révolution, et ne fut sauvé que par la mort de Robespierre.
La réorganisation des tribunaux lui permit de rétablir sa fortune. Quand l’Ordre des avocats fut reconstitué, il en devint bâtonnier (1806), fut nommé, en 1807, membre du Conseil de discipline et d’enseignement de l’Ecole de Droit de Paris. Nommé en 1808, Conseiller à vie de l’Université Impériale par l’Empereur Napoléon Ier, il devient conseiller d’Etat en service ordinaire le 2 juillet 1811 et est rattaché à la section de législation de 1811 à 1814. Il est aussi rattaché à la commission des pétitions en 1813. Il était en outre membre du Comité du Contentieux de Liste. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1812 puis officier de la Légion d’honneur en 1813.
Il est l’auteur d’un célèbre discours qui a remporté le prix d’éloquence proposé par l’Académie française en 1820 et dont le sujet était : Déterminer et comparer le genre d’éloquence et les qualités morales de l’orateur du barreau et de l’orateur de la tribune, Paris, 1820.
Il est également l’auteur d’un Essai d’instructions oratoires à l’usage de ceux qui se destinent au Barreau, Paris, 1816. et de Plaidoyers choisis et œuvres diverses, Paris 1827.

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse