Résultats des ventes

ROUEN
Vendu 55.800,00 euros - Etude Rieunier - 30 novembre 2009

Vendu 55.800,00 euros

ROUEN

Important et rare plat à décor polychrome au centre de Judith déposant la tête d’Holopherne dans un linge tendu par sa servante, le général étendu sur un lit sur fond de rideaux bleus et verts, l’aile est décorée de six cartouches rocaille ornés de signes du zodiaque (balance, scorpion, lion), d’un compas de maçon posé sur une colonne, d’astres, d’un lion, d’un voilier et de bornes sur fond pointillé bleu décoré de rinceaux fleuris et feuillagés. Sur le bord, filet jaune et petit filet dentelé rouge.
Signé en bas à gauche : LELEV.
XVIIIe siècle, vers 1740.
(Deux fêlures).
Diam. 57 cm

PROVENANCE
-  Ancienne Collection Dejean à partir de 1862
-  Ancienne Collection Evelyn Waddington, vente Paris, Hôtel Drouot, 25-26 mars 1895, n° 6.


Photobucket

Seule faïence de Rouen connue signée de Leleu, ce plat est pour la première fois mentionné par André Pottier dans son Histoire de la faïence de Rouen¸ publiée après sa mort en 1870. Il indique avoir rencontré en juin 1862 dans les environs des Andelys deux plats paraissant être de la même main et exécutés pour servir de pendant, l’un représentant Jésus et la Samaritaine, l’autre Judith et Holopherne, ce dernier signé du nom de Leleu. Pottier précise que ces deux plats ont depuis été acquis par Monsieur Dejean de Paris. Les deux plats sont ensuite vendus lors de la dispersion de la collection d’Evelyn Waddington en 1895 (Paris, Drouot, 25-26 mars 1895, n° 6 et 7). Le plat représentant Jésus et la Samaritaine est légué par Monsieur Gérard au musée de Sèvres en 1900 (inv. 10450).
Chantal Soudée-Lacombe a relevé le nom de Pierre Leleu sur un acte de baptême dans le quartier de Saint-Sever à Rouen le 11 mars 1742 et, comme le mentionnait déjà André Pottier, la présence de Pierre Leleu parmi les signataires de la requête collective des ouvriers de Nicolas Fouquay le 19 mai 1742 pour reprendre leurs outils mis sous scellés à la mort du maître.

Partant du plat signé de Leleu, Gilles Grandjean propose d’attribuer à ce même peintre cinq pièces en faïence de Rouen qui se distinguent par la très haute qualité de leur peinture :
-  Le plat représentant Jésus et la Samaritaine conservé à Sèvres, qui n’avait pas été séparé de notre plat avant 1895,
-  La fontaine décorée de Pan et Syrinx conservée au musée de céramique de Rouen, signée LL sous la base,
-  Le plateau décorée de Coriolan chez les Volsques conservé au musée des Beaux-Arts de Rouen,
-  Le plateau décoré du Triomphe de Cybèle, Cérès et Bacchus, provenant des collections Bellagarde, Clainpanain et Tumin puis Vandermeersch, acquis par le musée de Düsseldorf en 1941.
-  Enfin, le plateau représentant Vénus et Adonis conservé au musée de Sèvres

(Gilles Grandjean¸ Peinture et Sculpture de Faïence, Rouen, XVIIIème siècle, 1999, pp. 188-198).

Photobucket

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse