Résultats des ventes

Vincennes
Vendu 7.650,00 euros - Etude PIASA - 4 juin 2010 - 13h30 - Hôtel Drouot - Salle 2

VENDU 7,650.00 EUROS

Lot 287
Vincennes

Rare pot à bouillon à trois pieds à décor polychrome de trois larges fleurs : œillet (Dianthus caryophylus), anémone (Anemone coronaria), fritillaire (Fritillaria meleagris) et d’insectes, le déversoir et les pieds ornés de peignés roses, filet brun sur le bord supérieur.
Porte une marque probablement de peintre au revers d’un pied : B ou D en bleu.
Vers 1747-49.
Hauteur : 12 cm.
Accidents, manque le couvercle et l’anse.



Cette forme est directement inspirée d’un pot à lait ou à crème couvert créé à Meissen au début des années 1730 (Rückert¸ Meissener Porzellan, 1966, n°294). _Sa dénomination à Vincennes n’est pas certaine et plusieurs suggestions ont été proposées : l’inventaire de 1752 mentionne des pots à bouillon, pots à lait à 3 pieds et un moule pour une théyère ronde à 3 pieds (Tamara Préaud, Antoinette Hallé, Porcelaines de Vincennes, 1978, p. 77 et Svend Eriksen, Sir Geoffrey de Bellaigue, Sèvres Porcelain¸1987, n° 37, p. 220). Dans le même inventaire figurent trois marmittes miniatures mauvaises à 10 livres (Tamara Préaud, Antoine d’Albis, La Porcelaine de Vincennes, p. 141).

Cette forme est connue en porcelaine de Vincennes en de très rares exemplaires. Deux pot à trois pieds sont conservés au musée de Sèvres (Tamara Préaud, Antoinette Hallé, op. cit., n° 170-171 et John Whitehead, Sèvres sous Louis XV, naissance de la légende, 2010, pp. 14-15), l’un décoré de fleurs, l’autre d’une scène mythologique.
Un autre décoré de scènes de port dans le style de Meissen est passé en vente à Londres en 1978 (Christie’s, Londres, 3 juillet 1978, lot 157) et un quatrième également dans le style de Meissen s’est vendu à Londres en 1995 (Christie’s, Londres, 6 mars 1995, lot 79).
L’œillet et l’anémone peints sur notre pot à trois pieds sont probablement inspirés de planches gravées par Maria Sybilla Mérian dans l’Histoire des insectes d’Europe publiées à Amsterdam en 1730. La fritillaire pourrait avoir pour source une planche gravée de Jacques Vauquier vers 1660-1680. Une fritillaire très similaire est peinte sur un gobelet à côtes en porcelaine de Vincennes vers 1747-49 conservé dans la collection du musée Marton et publié par Selma Schwartz, The French royal porcelain Sèvres¸ 2005, n° 1, p. 48.
Les insectes, notamment celui placé à gauche de l’œillet qui semble être une cicindèle, pourraient avoir pour modèles les gravures de Jacob Hoefnagel publiées en 1592.

Photobucket

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse