Résultats des ventes

Sèvres
Résultat 87.150 euros - Sotheby’s, Paris, Galerie Charpentier, 6 avril 2011

Résultat : 87.150 euros

LOT 129

EXCEPTIONNEL GROUPE EN BISCUIT EN PORCELAINE TENDRE DE SÈVRES DU XVIIIE SIÈCLE, À PARTIR DE 1761, NOMMÉ NYMPHES À LA COQUILLE OU GROUPE À LA COQUILLE
représentant deux femmes supportant une coquille, assises sur de larges rinceaux rocaille ornés de rochers, joncs, coquilles et coquillages ; sans marque ; (quelques petits éclats)

haut. 29,5 cm ; long. 35,5 cm
height 11 2/3 in ; length 14 in

A SÈVRES SOFT-PASTE BISCUIT GROUP, 18TH CENTURY, FROM 1761, CALLED NYMPHES À LA COQUILLE OR GROUPE À LA COQUILLE


Photobucket

CATALOGUE NOTE

Le modèle de ce groupe, inconnu jusqu’à aujourd’hui, est créé en 1761 par l’orfèvre Jean-Claude Duplessis. Il reçoit en 1763 la somme importante de 600 livres pour le « modèle d’un groupe de deux figures de femmes adossées portantes une coquille placée sur un pied d’ornement », (Arch. MNS Carton F7, 10 septembre 1763).

On peut sans doute déceler dans le style des figures - très proche par exemple du groupe de Léda - une participation de Falconet ou bien moins probablement une parfaite assimilation du style de celui-ci par Duplessis. La base formée de rinceaux rocaille placés de façon symétrique si caractéristique est à elle seule une signature de Duplessis et le rapprochement avec la cuvette Mahon suffit à s’en convaincre.

Ce groupe est nommé dans les registres de ventes de la manufacture de Sèvres : groupe à la coquille, groupe les nymphe à la coquille, groupe des nayades à la coquille ou encore groupe de Fontaine et coquille.
Seule une dizaine d’exemplaires de ce groupe est mentionnée dans les registres de ventes. Il est vendu au prix élevé de 480 livres, soit plus cher que la pendule petit verd achetée par Madame de Pompadour 432 livres en 1762.
480 livres est également le prix du groupe de l’Education de l’Amour mais majoritairement, les groupes en biscuit sont vendus au début des années 1760 à des prix inférieurs. Le groupe de Vandrevole est à 300 livres, le Sylène vendu 240 livres et les groupes des satyres à 144 livres chaque.

Les deux premiers exemplaires sont achetés par les marchands Poirier et Lair en décembre 1761 et juin 1762. Le troisième groupe est acheté par le ministre Bertin en août 1762.

La marquise de Pompadour achète un groupe à la coquille le 25 décembre 1762 (Arch. MNS, Vy3, f° 118). Ce groupe est mentionné dans l’inventaire après-décès de madame de Pompadour le 12 juillet 1764 parmi les porcelaines rapportées de Versailles. Il est prisé avec quatre autres groupes en biscuit de Sèvres, décrit deux nayades portant coquilles¸ pour la somme de 750 livres.

Photobucket

Le 25 décembre également, le contrôleur général des finances, Jean-Baptiste Machault d’Arnouville (1701-1794), achète ce groupe en même temps qu’un groupe du Sylène et qu’une paire des groupes des satyres. En décembre 1769, un groupe à la coquille est acheté à Versailles pour l’Office du Roi.
Cinq autres groupes sont encore vendus jusqu’à la fin du XVIIIème siècle : à Madame Lair en 1770, au comte d’Adhémar en septembre 1783, à M. Otto en 1785, à Boizot en janvier 1789 puis au citoyen Person le 18 germinal an III.

Photobucket

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse