Résultats des ventes

Paris
Résultat : 27,500 euros - Daguerre, hôtel Drouot, 4 novembre 2011

Résultat : 27,500 euros

Lot 69

Paris

Buste en biscuit de porcelaine dure représentant Louis Stanislas Xavier, comte de Provence, vêtu d’une cuirasse formée d’écailles imbriquées, ornée de la croix de l’ordre de Saint-Lazare et recouverte d’un drap à l’antique. Il repose sur une base carrée, cintrée et moulurée en marbre rouge griotte.
XVIIIe siècle, vers 1775.
(quelques fêlures de cuisson).
H. 58 cm


La présence de la croix de l’ordre de Saint-Lazare permet d’identifier ce buste comme un portrait de Monsieur, frère du Roi, Louis Stanislas Xavier, futur Louis XVIII.
Le comte de Provence devient à partir de 1772, Grand Maître de l’ordre de Saint-Lazare de Jérusalem, ordre militaire et hospitalier créé au XIIe siècle, réuni avec l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel à partir de 1608.
Plusieurs portraits du comte de Provence portant le collier de l’ordre de Saint-Lazare ont été réalisés : en 1785, Rémy-Furcy Descarsins copie le tableau de Drouais montrant le prince revêtu du costume du Saint-Esprit en remplaçant le manteau de cet ordre par celui de Grand Maître des ordres réunis de Notre-Dame du Mont- Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, ce tableau fut placé dans la salle du Conseil de l’Ordre.
En 1788, le comte de Provence demande à Adélaïde Labille-Guiard de le représenter en train de recevoir les chevaliers des ordres réunis, comme Louis XVI recevant les chevaliers du Saint-Esprit avait été peint en 1787 par Doyen (voir lot 33 p. 34 et suiv. de ce catalogue).
Enfin, un plateau de déjeuner en porcelaine de Limoges, conservé au Bowes Museum en Angleterre, montre le comte et la comtesse de Provence assis sur un autel orné de l’insigne, de la croix et du collier de l’ordre de Saint-Lazare (pour une discussion de ce déjeuner, voir Bernard Dragesco, Chefs-d’oeuvre de la porcelaine de Limoges, exposition musée de Luxembourg, 1996, n° 29, pp. 71-73).
Il est fort possible que ce buste provienne de la manufacture de Clignancourt qui reçoit la protection du comte de Provence à partir de 1775. Le prince possédait au château de Brunoy un service de table provenant de cette manufacture. Par ailleurs, un inventaire de la manufacture dressé le 20 juin 1777 mentionne une quantité importante de groupes et figures en biscuit, dont certains dus au scultpeur Moitte. Nous remercions Bernard Dragesco de nous avoir éclairé pour l’identification de la croix de l’ordre de Saint-Lazare et du portrait de Monsieur.

Photobucket

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse