Résultats des ventes

Sèvres
Résultat : 8.300 euros, Etude PIASA, Mercredi 30 mai 2012, Hôtel Drouot, Paris

VENDU 8,300.00 EUROS

Lot 133

Sèvres

Groupe en biscuit de porcelaine dure représentant la Beauté couronnée par les Grâces.
Modèle de Boizot créé en 1775
XVIIIe siècle
Hauteur : 38 cm - Longueur : 35 cm
Quelques petites restaurations aux extrémités


Photobucket

Ce groupe est créé par Louis Simon Boizot en 1775 et les premiers exemplaires apparaissent dans les registres des ventes à partir de décembre 1776, lors des ventes annuelles à Versailles au prix très élevé de 600 livres.

Un groupe du Couronnement de la Beauté est offert par Louis XVI à son beau-frère l’Empereur Joseph II le 30 avril 1777, faisant partie du surtout accompagnant le service à fond vert, fruits et fleurs.

Emile Bourgeois a proposé de voir dans les traits de la Vénus assise ceux de la reine Marie Antoinette et de lire ce groupe comme une allusion à l’entrée en faveur de la comtesse de Polignac (Emile Bourgeois, Le Biscuit de Sèvres, 1906, T.I, p. 138).

Christian Baulez et Marie-Laure de Rochebrune ont publié la gravure ayant servi de source pour le dessin de ce groupe. Il s’agit d’une gravure de Noël Le Mire d’après un dessin de Charles Eisen pour l’illustration du troisième chant de la réédition de 1772 du Temple de gnide publié par Montesquieu en 1725. Elle montre la jeune Thémire présentée à Vénus, assise sur un trone. Vénus lui décerne le prix de la beauté et appelle les Grâces pour la couronner de fleurs : "Comme on remarque une rose au milieu des fleurs, qui naissent dans l’herbe, on distingua Thémire de tant de belles : elles n’eurent pas le temps d’être ses rivales ; elles furent vaincues avant de la craindre. Dès qu’elle parut, Vénus ne regarda qu’elle. Elle appela les Grâces : Allez la couronner, leur dit-elle ; de toutes les beautés que je vois, c’est la seule qui vous ressemble." (Chant n° 3, p. 43-44, Christian Baulez, "Marie Josèphe Laguerre, diva et collectionneuse", L’Estampille, n° 419, 2006, p. 124-126 et Marie-Laure de Rochebrune, Charles Nicolas Dodin et la manufacture de Vincennes-Sèvres, catalogue d’exposition Versailles, mai-septembre 2012, n° 75-76-77, pp. 180-183).
Charles Nicolas Dodin a peint en 1777 une plaque aujourd’hui conservée au Metropolitan Museum de New York représentant le même sujet, ayant pour source directement la gravure plutôt que le groupe en biscuit (M-L de Rochebrune, op. cit., n° 75, p. 180).
Le musée du Louvre conserve un exemplaire de ce groupe et la Cité de la Céramique de Sèvres conserve une terre cuite (voir catalogue de l’exposition Louis-Simon Boizot, 1743-1809, Sculpteur du Roi, musée Lambinet, Versailles, 2001, p. 184-185)

Photobucket

Photobucket

 

 

Il n'y a pas d'article à cette adresse